FAQ

Voici quelques unes des questions que l’on se pose souvent sur le coaching.
Si je ne réponds pas ici à vos interrogations, n’hésitez pas à me contacter via le formulaire de contact ci-dessous. Je répondrai avec plaisir à vos demandes (Il n’y pas de question bête. Vous n’êtes probablement pas le seul à vous poser des questions… Alors, n’hésitez pas à rendre service à tous ceux qui n’osent pas…)

Comment choisir son coach ?

  • Le client doit s’assurer que le coach est formé et diplômé (et non autoproclamé coach après une pseudo-formation qu’il aura trouvé au hasard du net, par exemple) auprès du Registre National des Certifications Professionnelles – Niveaux 1 à 7 (niveau 7 = Bac +5, depuis le 11 septembre 2019)
  • Demander à voir un justificatif (diplôme, certificat de formation, référentiel CP FFP…)
  • Obtenir un exemplaire du code de déontologie du coach. Ce code doit, à minima, être fourni avec le contrat, à l’issue du 1er rendez-vous.
  • Le rapport collaboratif : jargon professionnel qui signifie que « le courant passe », entre le coach et le client. Chacune des parties doit se sentir en confiance, pour que le processus puisse développer toute sa puissance, sans toutefois tomber dans « le copinage ». Le coaching n’est pas un moment de détente, de discussion, mais doit bien rester centré sur l‘atteinte de l’objectif.

Un coach peut-il refuser d’accompagner un client ?

Un coach peut, exceptionnellement, refuser d’accompagner un client, dans quelques rares cas, tels que :

  • S’ils se connaissent trop (on ne coache pas un proche : l’intimité peut entraver la pertinence des questionnements et des introspections)
  • Si l’objectif va à l’encontre du code de déontologie ou des valeurs profondes du coach.
  • S’il ne se sent pas compétent pour accompagner le client (demandes très spécifiques)
  • Si la problématique du client relève de la thérapie

Mais cela arrive rarement. Dans ce cas, le coach orientera le client vers un autre professionnel.

Un contrat de coaching peut-il être renouvelé ?

Pour un objectif différent, le contrat peut être renouvelé, une fois maximum. Cela reste exceptionnel, afin d’éviter tout phénomène de dépendance du client  vis-à-vis de l’accompagnement. En effet, un coaching recherchera toujours, in finé, l’autonomie du client.

Le coach est-il soumis au secret professionnel ?

Le coach est effectivement soumis au secret professionnel. Il s’agit d’ailleurs d’un des points spécifiés dans son code de déontologie.

Ce secret peut toutefois être levé lorsque le coach constate un danger avéré.

Le contrat de coaching peut-il être rompu ?

Le contrat peut être rompu par l’une ou l’autre partie, sans que cela ne porte conséquence au montant dû par le client.

En effet, le coach peut décider de stopper son accompagnement s’il considère qu’il y a danger, que ses valeurs profondes sont atteintes de manière préjudiciable ou bien s’il juge que l’état du client ne le permet plus (alors que cela était réellement possible lors de la signature du contrat)

De même, le client peut interrompre le processus pour des raisons qui lui seront propres. Cependant,  il ne saurait demander une quelconque modification du tarif pour lequel il s’était engagé. La somme mentionnée dans le contrat est due en totalité.

Précisons toutefois que l’ « impression de ne pas avancer » est un point à discuter en toute transparence avec le coach. Les avancées du processus ne se font pas de manière régulière. L’impression de « stagner » peut être ressentie, c’est assez fréquent.

Le coach est-il soumis à une obligation de moyens ou de résultats ?

Le coach est soumis à une obligation de moyens. Il usera de tous les outils, toutes les techniques de sa connaissance et pour lesquels il est compétent.

Au contraire, il ne saurait être tenu pour responsable, en cas de non atteinte de l’objectif du client. C’est au client, et à lui seul, de s’engager dans ce que lui propose le coach. Il peut refuser de faire ou dire ce que le coach lui suggère. Mais il ne peut pas rendre le coach responsable de la non-atteinte de son objectif, car le professionnel aura mis toute sa compétence dans la poursuite du processus et l’atteinte de l’objectif du client.

Le coach a-t-il le droit de porter un jugement sur les actes et les paroles de son client ?

En aucun cas, un coach certifié ne portera de jugement sur les actes de son client. Il ne se permettra pas non plus de condamner ses paroles.

Un coach respectueux de son client sera toujours bienveillant et empathique. Il veillera toujours à la qualité du rapport collaboratif, à « la bonne ambiance » des échanges.

Peut-on suivre une thérapie en même temps qu’un coaching ?

Les deux accompagnements ayant des objectifs et des procédés différents, il n’est pas impossible de suivre les deux en même temps.

Attention toutefois à ne pas trop multiplier les aides simultanées (pour ceux qui seraient tentés de tester toutes les nouvelles pratiques qui émergent de nos jours), en voulant tout tenter pour avancer. Le temps est un allié qu’il ne faut pas presser. S’engager pleinement dans un processus de coaching demande de l’investissement, en temps et en énergie. Pour des résultats réels et pérennes, il faut accepter de laisser du temps au temps.

Comment se passe un coaching ?

Un processus de coaching dure en moyenne une dizaine de séances, de 1 heure à 1h30 chacune. Ces séances sont espacées de 8 à 15 jours, ou plus si le besoin s’en fait sentir.

Le client commence par décrire son problème, la raison pour laquelle il s’est adressé au coach. Celui-ci questionne le client pour être sûr de bien comprendre ce qui le fait souffrir, le contexte, sa motivation. Il juge également de ses propres capacités à aider son client. Si, en effet, la demande du client est hors de son champ de compétences, il se doit de le lui signaler et de l’orienter vers un professionnel compétent (coach spécialisé, thérapeute…)

Ce 1er entretien est ce qu’on appelle « l’entretien préalable ». C’est aussi pendant ce moment que les points plus administratifs sont abordés, tels que le planning, le tarif, les modalités de tenue des séances (présentiel, visio…) …

Ce n’est qu’à l’issue de cet entretien préalable, une fois que tout est parfaitement clair pour le client et pour le coach, que celui-ci propose son contrat, qu’il accompagne d’un exemplaire de son code de déontologie. Jusque–là, le client n’est pas encore engagé, et cet entretien est GRATUIT.

Une fois le contrat signé, le coaching commence.

Une séance de coaching est un échange entre le client et son coach. La confiance a été établie entre les deux parties, et le coach pose toutes les questions qui permettront à son client d’avancer vers son objectif. Les questions posées ne visent pas à satisfaire la curiosité du coach, mais à faire avancer son client vers l’atteinte de son objectif, qui sera d’ailleurs précisé lors des 1ères séances. Il n’est pas rare, en effet, que l’objectif final soit un peu différent de la demande initiale. Ce point est travaillé en séances. De petits exercices peuvent également être proposés, qui peuvent prendre diverses formes selon le profil du client (en coaching scolaire, par exemple, les exercices peuvent être plus ludiques, artistiques, …) Le coach mène la séance en fonction, non pas d’un programme fixe établi à l’avance, mais en s’adaptant à ce qui ressort des entretiens.

En fin de séance, le coach peut proposer à son client un petit « travail » inter-séance, toujours en accord avec le client, et toujours dans le but de le faire avancer. Le client reste, bien sûr, toujours libre de faire ou de ne pas faire ce que lui suggère son coach.

Des critères d’atteintes de l’objectif sont définis conjointement, et lorsqu’il est atteint, le coaching prend fin.

Mon problème est-il coachable ?

Tous les problèmes ne sont pas coachables. Mais c’est en général le coach qui jugera de l’opportunité d’un accompagnement. C’est lui le spécialiste du coaching, il possède les outils pour déterminer si un coaching serait favorable à son client.

Le coaching n’est pas de la thérapie, ni du conseil.

Alors, si vous avez un problème, faites confiance à votre coach : prenez le temps d’un entretien avec lui pour déterminer s’il serait bon de vous engager dans un tel processus. Et surtout, ne pensez pas : « personne ne peut rien pour moi »… C’est faux ! *il y a toujours quelqu’un qui peut vous aider. Encore faut-il le vouloir…

Mon coach peut-il me donner des conseils ?

En aucun cas, le coach ne donne de conseil. Tout au plus se permet-il de suggérer telles ou telles options. Mais il ne s’agit-là que d’ouvrir le champ des possibles pour son client. Son rôle n’est pas de le conseiller.

De ce fait, le client est le seul responsable de ses choix, de ses actes, de ses décisions. On se peut, en aucun, en imputer la responsabilité à son coach.